Logo du site

Article publié le 27 février 2013.

Rencontre avec Bertrand GAUME : un dialogue attentif mais il faut amplifier l’action !

Les syndicats nationaux de la DGCCRF et leurs fédérations ont été reçus à leur demande vendredi 22 février à 17h00 par M. Bertrand Gaume, directeur de cabinet du ministre Benoit Hamon accompagné de MM. Dominique Lamiot, secrétaire général de Bercy, François Adam, conseiller social et budgétaire au cabinet des ministres Moscovici et Cahuzac, Laurentino Lavezzi, conseiller en charge des questions de consommation et Frédéric Chastenet de Géry, chef du service de soutien au réseau DGCCRF.

En introduction, M. Gaume s’est félicité de la qualité des enquêtes conduites par les agents de la DGCCRF sous le feu de l’actualité. Il a rappelé les interventions du ministre Hamon qui a clairement pris en compte les difficultés rencontrées par cette administration profondément mise à mal par les réformes RGPP / Réate.

Pour la CGT, compte tenu des thématiques travaillées par les différents GT interministériels dont les travaux doivent être présentés au CI MAP du 4 avril, les propositions qui pourraient en découler ne nous paraissent pas de nature à pouvoir améliorer sensiblement le fonctionnement des services et
l’exercice de nos missions.

La CGT a présenté à nouveau son projet alternatif pour un service rénové de "police économique", qui passe par le préalable de sortie de la DGCCRF du dispositif Réate, et qui s’appuie sur les axes suivants :

‐ Reconstitution d’une véritable chaîne de commandement courte et réactive ;

‐ Transformation des DDI en structures d’accueil et d’hébergement des personnels CCRF, à l’instar des cités administratives d’antan ;

‐ Réinstallation d’un encadrement "Métiers" CCRF (au minimum A+) dans toutes les unités ;

‐ Revalidation des échelons départementaux et infra‐départementaux comme niveaux pertinents d’exercice plein et entier des missions de telle manière à assurer un réel service public de proximité. ;

‐ Redéploiement des effectifs au plus près du tissu économique.

La CGT exige aussi l’ouverture de discussions ayant pour objet de définir un plan pluriannuel de recrutement et de requalification des emplois et une revalorisation significative des crédits alloués aux dépenses de fonctionnement et d’investissement de la DGCCRF.

Interpellé sur la question de la circulaire du 7 février (cf : notre circulaire 2013‐01) relative à la mutualisation interdépartementale des "ressources rares", M.de Géry a proposé que cette dernière fasse l’objet d’une discussion avec les organisations syndicales dans le cadre d’une réunion de travail qui devrait se tenir très rapidement.

S’agissant enfin de la fiche de travail issue du CODIR de Midi Pyrénées portant sur la "délégation des contrôles", la réponse pour le moins alambiquée du chef de service de soutien au réseau, selon
lequel il ne s’agirait que d’un exercice, une simple simulation, nous impose une vigilance maximale.

Il est en effet question dans ce texte "de déléguer certains contrôles", en clair de les privatiser, en maintenant un contrôle de 2ème niveau fait par l’administration.

La CGT a enfin rappelé l’urgence de la prise en compte des problématiques liées au positionnement et aux moyens alloués au SCL dont les analyses et l’expertise demeurent indispensables à l’exercice des missions DGCCRF.

Par ailleurs, à l’issue de cette réunion, il a été convenu que M. Gaume recevrait à nouveau les organisations syndicales et leurs fédérations immédiatement après le CI MAP du 4 avril.

Il nous faut amplifier l’action !

Dans les territoires,

rendre la DGCCRF à nouveau VISIBLE et AUDIBLE !

Au niveau national,

renconttre avec les groupes parlementaires

pour faire avancer le dossier de la sortie de la Réate !

Le 21mars, TOUS EN GRÈVE

Le 6 Avril, TOUS à Paris !

Retour en haut