Logo du site

Article publié le 21 septembre 2012.

Adresse de la Commission Exécutive du SNACCRF CGT aux personnels de la DGCCRF et des laboratoires

Après avoir analysé la situation économique et sociale en cette rentrée 2012, la Commission Exécutive du SNA CCRF CGT s’adresse aujourd’hui de nouveau à tous les agents.

Alors que le Président de la République vient d’annoncer un plan d’austérité de 30 milliards d’€ pour satisfaire les exigences de l’Union Européenne et des marchés financiers, dont 10 milliards d’€ d’économies sur les dépenses publiques, la CGT DGCCRF se doit d’alerter l’ensemble des collègues : un tel plan d’austérité aurait sans aucun doute des conséquences dramatiques sur l’emploi, les missions, les conditions de travail, les droits et garanties collectives.

En conséquence, la CGT DGCCRF se prononce pour le rejet de ce plan d’austérité. Qu’il s’agisse du plein exercice des missions partout dans les territoires, du niveau de l’emploi qui s’y rattache, du gel des rémunérations ou des conditions de vie dans et hors travail, le gouvernement Ayrault n’ouvre aucune perspective pour la satisfaction des revendications. Au contraire, les premières annonces gouvernementales affichent une véritable continuité avec les politiques menées antérieurement. C’est à se demander si l’engagement d’en finir avec la RGPP n’est pas fictif !

Force est de constater que la RGPP et la RéATE continuent de frapper la DGCCRF en dépit des engagements pré électoraux.

NON A LA RATIFICATION DES TRAITES EUROPEENS

Cependant, notre démarche revendicative ne peut être découplée des projets de traité Européen sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’union économique Européenne (TSCG) et du traité révisé sur le mécanisme européen de stabilité (MES), car ces deux traités créent un véritable corset autoritaire pour les peuples d’Europe et les condamnent à l’austérité perpétuelle tout en maintenant les logiques qui ont fait faillite mais qui continuent à être le socle des choix politiques.

Refusant de consulter les citoyens malgré l’importance des enjeux, le gouvernement va faire ratifier ces traités par la représentation nationale.

Parce que ces traités auront des conséquences directes sur la vie quotidienne des salariés du privé comme du public, parce qu’ils exigent une régression de la place et du rôle de l’État et des services publics, le syndicat CGT de la DGCCRF juge nécessaire de faire du combat contre ces traités un axe essentiel de son action par tous les moyens, y compris par l’exigence d’un référendum.

La CGT invite les agents à s’informer sur leur contenu, à signer massivement la pétition proposée par la CGT et à participer aux initiatives locales et nationales allant dans ce sens.

Le SNACCRF CGT appelle ainsi tous les personnels, actifs et retraités, implantés dans les territoires et dans les laboratoires, à participer massivement à la manifestation nationale du 30 septembre 2012 à Paris.

MAINTENANT, IL FAUT QUE CA CHANGE CONCRETEMENT !

A la sortie de son congrès de Dijon en juin 2012, le syndicat CGT de la DGCCRF a appelé l’ensemble des personnels à se mobiliser pour faire bouger les lignes en posant comme revendications immédiates :

- l’arrêt de la RGPP et la sortie du dispositif de la Réate ;

- l’abandon des suppressions d’emploi

- l’arrêt du gel des traitements et la revalorisation significative des rémunérations

- le respect des droits et garanties des personnels par une réelle gestion nationale.

La mobilisation en cours, au travers des intersyndicales tant nationales que locales a déjà permis à la pétition portant nos revendications communes de récolter près de 2.000 signatures auprès des personnels.

La CGT revendique en outre l’arrêt des suppressions d’emplois et l’ouverture d’un processus de négociations ayant pour objet de définir un plan pluriannuel de recrutement et de requalification des emplois.

Si l’annonce de l’abrogation de la loi mobilité est une bonne chose, le gouvernement n’a toujours pas pris de décision s’agissant du jour de carence, des rémunérations et des carrières, de l’accès au 8ème échelon de la catégorie C…

Nous demandons un processus de discussion sur les propositions et les revendications des personnels de la DGCCRF. Au nom du "réalisme budgétaire", la ministre de la Fonction Publique appelle les syndicats de personnels à « être raisonnables ». Nos revendications sont réalistes et raisonnables.

PAS DE CHANGEMENT SANS MOBILISATION DES PERSONNELS

Dans ce contexte, il ne s’agit pas de rester dans l’attentisme ni de se cantonner dans une appréciation sévère de la politique gouvernementale. Il s’agit de trouver les voies des actions collectives de nature à faire pencher la balance dans le sens du développement de l’emploi, du plein accomplissement des missions et de l’amélioration des conditions de vie au travail.

La CGT appelle à une mobilisation active, consciente et massive et la plus unitaire possible. Dans ce cadre, elle considère nécessaire de mettre en perspective des processus de mobilisation et d’action.

La CGT appelle à participer aux heures d’information syndicale pour en débattre.

Elle invite aussi les personnels à s’inscrire, sur la base de leurs revendications et à la suite de la manifestation nationale du 30 septembre contre la ratification des traités européens, dans les mobilisations de la prochaine période et les initiatives locales qui seront prises : le 9 octobre (journée européenne de mobilisation pour l’emploi et la ré industrialisation) et le 11 octobre (journée nationale d’action des retraités pour le pouvoir d’achat).

Retour en haut