Logo du site

Article publié le 23 juillet 2007.

Droit dans le mur

Le Directeur général, instruit par la divulgation aux Inspecteurs Principaux de l’enquête IPSOS-Loyalty sur les cadres, s’est montré plus prudent sur une éventuelle publication des résultats de l’observatoire interne du MINEFI. Et on le comprend.

La lecture du document de synthèse pour la DGCCRF est sans complaisance pour le bilan de notre Directeur général en ce qui concerne l’évolution de l’exercice de nos missions.

- Cela se traduit par un recul significatif du niveau d’adhésion à la ligne directionnelle et à la démarche de modernisation de la direction (47% seulement des agents estiment que la DGCCRF va dans le bon sens) et l’échec de la culture de performance à la DGCCRF : seulement 17,5 % des agents sont motivés par les indicateurs de performance,

- Aujourd’hui 53 % des agents sont pessimistes au sujet de leur avenir professionnel (+10 points par rapport à septembre 2006) et 37 % considèrent que leur environnement de travail se dégrade. Ce sont les agents de catégorie B (à plus de 62%) qui ressentent le plus ce malaise qui se généralise,

- 85% des agents considèrent que leur charge de travail a augmenté et 77% estiment que leur travail s’est compliqué,

- 63% des agents estiment indispensable ou très important de procéder à des recrutements suffisants pour combler les vacances d’emploi qui se creusent année après année,

- Cela explique que moins de 38 % des agents estiment que la qualité de service aux usagers s’améliore.

- Les agents jugent que les réformes s’empilent à un rythme très élevé (Bercy en mouvement, Bercy ensemble, démarche de modernisation) sans qu’on prenne la peine de les évaluer. Ils refusent « la folie statistique ». Ils demandent des moyens (formation continue, effectifs, moyens matériels) et une simplification de l’organisation du service. A ce titre, seulement 18 % des agents estiment que la régionalisation était indispensable.

En fait, tous les agents, y compris les cadres de proximité, souhaitent avant tout que la DGCCRF dispose des moyens d’exercer ses missions.

La DGCCRF semble aller droit dans le mur, et en klaxonnant.

Une suggestion : il nous faut un baromètre interne du moral ambiant. Compte tenu des excellents résultats du baromètre des réclamations, le moral des troupes ne pourrait que s’améliorer.

Retour en haut