Logo du site

Article publié le 4 juillet 2006.

Le SCN informatique doit avoir les moyens de prendre en charge l’ensemble de ses missions

Groupe de travail Syndicats - administration du 30 juin 2006

En avril 2005, L’IGS remettait un rapport au Directeur Général concluant à la pertinence du réseau d’assistants utilisateurs au sein du SICCRF et préconisant des améliorations du fonctionnement de ce service.

Les missions du SCN informatique

- Direction technique, exploitation, sécurité et veille technologique

- Direction des applications et des développement-relations avec les utilisateurs

- Coordination des réalisations informatiques

- Animation du réseau des informaticiens

- Gestion des ressources et des moyens et politique d’équipement

- Assistance aux utilisateurs

L’assistance aux utilisateurs comprend l’assistance logicielle (dite de premier niveau) et l’assistance matérielle (dite de second niveau). De plus les AU assument des tâches d’animation (formations, recueil des besoins, etc.) confiées directement par le directeur régional.

Depuis la création du réseau des Assistants-Utilisateurs (AU), les départs liés aux mutations, décés, retraites ou promotions n’ont pas été remplacés. En conséquence, la mission d’assistance aux utilisateurs ne peut être pleinement remplie puisque les AU n’en n’ont pas les moyens. En effet, six régions n’auront pas d’AU rattachés à la rentrée et le travail est difficilement réparti sur l’ensemble du réseau. Et l’Île de France n’a pas assez d’AU pour faire face à l’ensemble des tâches d‘assistance, sans parler des missions d’animations.

Quels moyens pour le SCN informatique ?

En préambule, les responsables du SCN informatique ont pris l’engagement que les AU resteraient affectés au SCN Informatique dans le cadre des textes créant le service de l’informatique,démentant ainsi ce qui avait pu être dit aux directeurs régionaux ces derniers mois. Ils s’interrogent toutefois sur d’autres missions qu’ils pourraient leur confier au titre de la région.

La CGT considère que le SCN informatique et la DGCCRF se sont placés délibérément dans la contrainte de pénurie de moyen en n’impulsant pas des campagnes de formation et de recrutement d’AU. Pour la CGT, des collègues seraient certainement intéressés par les métiers de l’informatique, comme il y a six ans.

De plus, nous savons que des candidatures émanant de collègues ayant déjà obtenu une qualification informatique reconnue ont été rejetées. Ainsi le SICCRF se prive de compétences qui serait utile au service.

Dans ce contexte, la volonté des responsables du SCN Informatique d’externaliser une partie de l’assistance de 1er niveau (assistance logicielle) en région parisienne auprès de la société AMEX - SPIE est irrecevable. Et ce pour plusieurs raisons :

- Nous considérons que l’externalisation ne réglera pas le fond du problème : l’insuffisance des moyens et des effectifs attribués au SICCRF pour accomplir ses missions

- L’efficacité de la société AMEX - SPIE ne semble pas démontrée puisque cette société travaille pour la DPMA et il apparaît que les utilisateurs préfèrent de plus en plus s’adresser directement aux collègues des services informatiques, entraînant « une sous-utilisation du centre d’appel de Bercy »

La CGT revendique que le SICCRF soit dotée des moyens suffisants pour accomplir ses missions, notamment en terme d’effectifs.

Quel rôle pour les AU ?

Compte tenu des conditions d’exercice des missions énoncées plus haut, le réseau d’AU ne peut accomplir efficacement l’ensemble de ces missions, et notamment les fonctions d’animations.

Cette problématique se double d’un problème d’organisation du service. En effet, la note de service n°2004-03 prévoit que les tâches d’animations sont confiés directement aux AU par les Directeurs. Or, cela place les AU dans une position difficile avec deux donneurs d’ordre : le SICCRF et les Directeurs, ceux-ci pouvant donner des ordres contradictoires.

Si les tâches d’animations étaient confiées au SICCRF par les Directeurs, cela permettrait une meilleure coordination de la charge de travail. Cela permettrait aussi de s’extraire des problématiques personnelles inhérentes à ce type de fonctionnement.

Pour la CGT, il est important de modifier la note de service n°2004-03 pour attribuer les taches d’animations auprès des services déconcentrés à un service : le SICCRF et non plus à des personnes : les AU.

Le suivi de l’activité des AU

Les responsables du SICCRF ont fait état de leurs difficultés de suivre le travail d’une trentaine d’agents délocalisés sur l’ensemble du territoire. La CGT et les Organisations Syndicales ont fait part de leur incom-préhension. En effet, l’UECRF fonctionne exactement sur le même schéma et l’encadrement de cette unité a mis en place un système de rendu-compte de l’activité des différentes antennes qui ne pose pas de problèmes particuliers.

Au cours de la discussion, il est apparu que l’encadrement envisage une véritable dérive d’un système de rendu-compte de l’activité des agents. En effet, les documents présentés instaure une appréciation de chaque intervention par le Directeur de l’unité concerné.

La CGT considère que si un système de rendu compte de l’activité doit être mis en place, il doit être simple et efficace pour permettre une évaluation de l’activité du service. Il peut consister en une main courante pour les opérations habituelles et des compte rendus pour les interventions importantes. Par contre, un tel système ne peut être le support d’un flicage des agents comme cela est envisagé actuellement.

Pour la CGT, le SICCRF ne peut se penser comme une entité indépendante de la DGCCRF, c’est à dire que sa politique ne peut se restreindre à une adaptation permanente de son action à des moyens en baisse. Or c’est bien la démarche suivie actuellement. Au contraire :

- le SICCRF doit avoir les moyens d’accomplir pleinement ses missions en renforçant son réseau d’AU par une campagne de recrutement, mais aussi ses unités spécialisées.

- un repositionnement administratif du SICCRF doit être effectué vis à vis des Directeurs Régionaux.

- les contraintes particulières de l’encadrement du SICCRF ne peuvent donner lieu à flicage des AU.

Partagez !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Twitter Google Plus email
Adhésion
Nous contacter
Retour en haut