Logo du site

Article publié le 1er décembre 2014.

Le bilan de la CGT au CHSCT du SCL : La lutte contre les risques psycho-sociaux au SCL

Historique :

En 2007 : création du SCL. La fusion des 2 réseaux des laboratoires, sans formation efficace, commence à induire du stress chez les agents qui doivent s’adapter sans vision claire des missions de l’administration qui leur est étrangère et qu’ils rejoignent.

La CGT propose au CHS-S SCL la prise en compte des risques psycho-sociaux dans le DU

Trouble, sidération, consternation, voire cynisme et moqueries dans les rangs..D’évidence, le sujet n’avait pas l’importance qu’il a aujourd’hui, il n’était pas PORTEUR. Tout le monde pense que c’est impossible, et la représentante de la CGT passe pour une utopiste…

Le DU de Marseille est le premier à noter et observer les risques psycho sociaux

De fait, l’expérience, proposée, impulsée et aidée par la CGT locale, montre qu’il est possible d’évaluer pour prévenir les RPS

Les RPS sont introduits ensuite dans les DU des autres laboratoires, suivant l’exemple de Marseille

La CGT dénonce alors des situations de souffrance dans nos laboratoires et demande qu’un audit soit fait auprès de nos collègues sur l’ensemble de nos sites. Le laboratoire de Bordeaux est déjà celui qui est dans le collimateur, mais d’autres situations semblent émerger…

Le questionnaire de KARASEK est mis en place (mai 2010)

Le résultat est assez éloquent et le laboratoire de Bordeaux est certes en situation difficile mais d’autres laboratoires ne sont pas plus vaillants… ;

L’évidence saute aux yeux de tous, enfin !!! => On met en place des groupes de travail…

Les groupes de travail mis en place émettent des propositions, des lignes dans le PAP proposent des solutions…bref, enfin le mal être au travail est considéré, au même titre que les risques physiques.
Cela tombe très bien car :

Le CHS-S devient CHSCT, son champ d’action s’élargit aux conditions de travail.

Et l’on se rend compte que le laboratoire de Bordeaux peine à mettre en place un groupe de travail sur le sujet :

La CGT demande une visite de site au motif de l’observation des réponses des agents au questionnaire KARASEK et de l’absence de mise place de GT

La suite….tout le monde la connaît, mais elle n’a pas été sans luttes incessantes.

La CGT a également été très présente lors de la construction et l’aménagement du laboratoire de HAVRE, et a empêché un désastre impactant gravement la sécurité des agents dans les projets de construction.

La CGT est là pour rappeler à l’administration ses obligations : les questions relatives aux conditions de travail relèvent bien du CHSCT. Le CHSCT doit être informé des projets de réorganisation, une étude d’impact sur les conditions de travail doit être réalisée.

Outre la défense de la sécurité au travail pour les agents exposés aux risques chimiques en priorité, la CGT entend poursuivre l’action pour laquelle elle lutte pour être entendue depuis 7 ans

Les projets pour le prochain mandat 

- Observation des résultats des recueils des VLEP et mesures à proposer

- Respect du droit à l’accès à la médecine de prévention, et à la surveillance post professionnelle.

- Privilégier, développer et entretenir la protection collective.

- Veiller plus particulièrement à l’entretien du parc des sorbonnes

- Participer aux visites de site que la CGT a impulsées sur Bordeaux, et qui vont se poursuivre sur d’autres laboratoires.

- Observer de près les travaux constructions/réaménagements de sites à venir

- Veiller plus particulièrement au respect des conditions de travail pour nos collègues victimes de réorganisations (déménagements, adaptations…)

- Être le relais des agents et porter leurs intérêts dans tous les sujets concernant la sécurité physique et mentale.

ET TOUJOURS OBTENIR DES MEILLEURES CONDITIONS DE TRAVAIL EN ERADIQUANT LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL

Retour en haut