Logo du site

Article publié le 21 mars 2010.

SCL : c’est de pire en pire !!!!

« LES ORPHELINS DU MINISTERE DES FINANCES »

Les personnels, avec la CGT, ont montré leur attachement au service public par une participation massive aux actions interprofessionnelles et de défense des missions de la DGCCRF tout au long de l’année 2009.

Ils ont dénoncé une gestion du personnel calamiteuse, l’avenir de nos missions, le manque d’effectifs, la dégradation continue et insupportable de leurs conditions de travail.

Le SCL et les Directions Générales ont pratiqué la surdité face aux revendications légitimes des agents. Aujourd’hui, la liste des problèmes s’allonge de plus en plus et les promesses de la fusion ne sont plus qu’un lointain souvenir :

- Des moyens financiers insuffisants pour son bon fonctionnement et l’investissement dans de nouveaux matériels sans lesquels le maintien et le développement de nos activités ne sont pas possible.

- Des missions en danger avec l’éclatement de la DGCCRF, faute d’investissement et de développement de nouvelles analyses font qu’aujourd’hui les activités en microbiologie des laboratoires SCL sont extrêmement menacées faute de recrutement et d’investissements de l’UD du SCL. Son avenir est sombre !!!!!

- Des effectifs insuffisants : cela veut dire que les personnels ressentent de plus en plus dans tous nos laboratoires les non-remplacements des départs à la retraite. Quelques saupoudrages par quelques recrutements d’agents mais qui sont loin de combler le manque d’effectifs pour les laboratoires !!! La dégradation des conditions de travail devient cruelle pour les agents.

- Une organisation déficiente, une formation insuffisante des agents sur nos missions, une spécialisation anarchique et confuse. L’absence d’une politique de développement des laboratoires est le résultat de la politique de casse de la Fonction Publique menée avec acharnement année après année. Celle-ci se traduit par un désintérêt grandissant de la DGCCRF et de la DGDDI pour le SCL.

- L’offre de service synonyme de « casse des labos ».

Les personnels sont les laissés pour compte de la fusion ! Le manque de reconnaissance est cruel !!!!

Le SCL fuit ses responsabilités :

- Les personnels détachés faisant partie du SCL sont en manque d’informations

- Les retraités des laboratoires SCL ont t-ils un suivi de leurs dossiers médicaux ?

- L’administration a mis enfin en place le Document Unique de prévention des risques professionnels, mais ne le met pas en application si cela remet en cause l’organisation du travail, malgré les appels pressants et répétés de la CGT.

- Un dialogue social qui n’est que de façade avec les personnels et leurs représentants.

- Certaines décisions d’offre de service ne manquent pas de surprendre les agents : ils se sont formés à mettre en place des méthodes d’analyses qu’ils ne pourront plus appliquer puisqu’elles partiront dans d’autres laboratoires SCL.

- La remise en cause d’acquis sociaux par un nouveau projet de Gestion des temps de travail et des absences de l’UD – SCL.

- Dans certains laboratoires la hiérarchie pratique la répression anti syndicale !

- Les personnels attendent du concret de la part du chef de service du SCL, l’expression d’une véritable vision claire et précise sur l’avenir des laboratoires du SCL, une volonté réelle d’accroître les effectifs et les investissements, et non une offre de service qui déstabilise ses compétences.

La RGPP est l’excuse adoptée systématiquement par l’Unité de Direction du SCL pour justifier le naufrage de nos missions de Service Public !

Pour la CGT, ces objectifs clairs doivent proscrire la concurrence entre les laboratoires du SCL et renforcer les liens qui les unissent, afin d’améliorer les délais analytiques, réduire la sous-traitance et revaloriser nos services de plus en plus fragilisés depuis la fusion en janvier 2007.

Ils doivent conduire à ce que les personnels du SCL voient leur situation s’améliorer en termes de rémunération, de conditions de travail, d’exercice de nos missions.

Le mécontentement et l’inquiétude sont à leur comble, c’est maintenant qu’il faut agir !

La CGT appelle les agents de tous les laboratoires :

- à se réunir en assemblée générale pour mettre en commun leurs revendications et mandater les organisations syndicales pour les porter, dans l’unité, devant la direction.

- À se mobiliser le mardi 23 mars, dans l’unité, par la grève et les manifestations, pour que d’autres choix s’imposent : Services Publics, Emploi, Pouvoir d’achat, Statut et conditions de travail, Retraites et Pensions.

Retour en haut