Logo du site

Article publié le 10 juin 2013.

Propositions de la CGT pour la retraite

Les droits

  • Taux de remplacement 75 % minimum pour une carrière complète.
  • Pas de pension inférieure au SMIC (revendiqué par la CGT) pour une carrière complète.
  • Ouverture du droit à retraite à 60 ans pour tous.
  • Départ anticipé avec pension complète dans le cadre de la reconnaissance de la pénibilité.
  • Validation des années d’études.
  • Validation des périodes de précarité subie.
  • Indexation pensions et salaires portés au compte sur salaire moyen.
  • Retour aux 10 meilleures années pour la détermination du salaire annuel moyen du privé.
  • Renforcement des mesures solidaires, notamment celles qui concourent à corriger les inégalités femmes-hommes.

Le financement

Toutes nos propositions ont pour effet de générer des emplois et donc des cotisations.

  • Suppression des exonérations et instauration de la double modulation des cotisations dites « patronales » (≃10 Mds)
  • Élargissement de l’assiette de cotisations à l’épargne salarial (intéressement, participation…) et aux primes pour les fonctionnaires (≃10 Mds)
  • Mise à contribution des revenus financiers des entreprises (≃20 Mds).
  • Augmentation en tant que de besoin des cotisations (en priorité les cotisations dites « patronales ».

Naturellement, conquérir de l’emploi pérenne, bien rémunéré avec de bonnes conditions de travail est un passage obligé pour financer durablement une protection sociale de haut niveau.

Exemple  : le respect de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes apporterait un solde positif de 5 milliards d’€ dès 2015 et près de 10 milliards d’€ en 2020.

Coordination et solidarité

La CGT propose la mise en place d’une maison commune des régimes de retraite afin de coordonner et de solidariser les régimes sur la base :

  • D’un socle commun de droits et de garanties (nivellement par le haut) tout en tenant compte des particularités attachées à chaque régime et de la nécessité de maintenir des modes différents d’acquisition et de restitution des droits.
  • D’une harmonisation par le haut des droits solidaires (minima, droits familiaux et conjugaux, précarité, handicap…).

En outre, la maison commune des régimes de retraite permettra :

* Le traitement de la question des polypensionnés.

* Le pilotage des compensations entre régimes.

Enfin, les délibérations au sein de la maison commune des régimes de retraite seront assurées par des représentants des salariés élus.

Retour en haut