Logo du site

Article publié le 17 juillet 2009.

Contrôleurs stagiaires "en difficulté" : Un pilori pour 4 notes, Une méthode inacceptable !!

Comme nous l’avons indiqué dans le compte rendu du CTP C du 8 juillet, 17 stagiaires sont, aux yeux de l’Administration, en difficulté, et leur titularisation à la date officielle du 21 septembre 2009, compromise.

Une communication pour le moins hasardeuse

Même si tout au long de la scolarité, certains de ces jeunes collègues avaient été avisés de leur résultats jugés insuffisants, personne à ce jour ne savait, dans la promotion, qui était individuellement visé.
Le silence de l’administration centrale et de l’école a de fait créé un climat assez malsain où chacun imaginait pouvoir être sur la "liste noire".
Voici le voile enfin levé, mais dans quelles conditions !

Une "mise au pilori" pour faciliter le rattrapage ?

Malgré les affirmations de Jean-Denis FORGET au CTP C du 8 juillet, selon lesquelles l’institution DGCCRF mettrait tout en œuvre pour permettre le "repêchage" de ces stagiaires, le moins que l’on puisse dire, c’est que la méthode employée est d’une parfaite indélicatesse.
Jugez plutôt.

Une désignation individuelle mais transmise à tout l’encadrement du département !!

La lettre du Directeur de l’Ecole est éloquente, tant sur le fond que sur la forme.

Elle indique :

"Votre formation initiale de contrôleur stagiaire de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) arrivera à son terme le 21 septembre 2009.

Dès votre arrivée à l’École Nationale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (ENCCRF) de Montpellier, vous avez eu connaissance, notamment par le dossier remis à tous les stagiaires lors de l’accueil de votre promotion, des dispositions réglementaires et statutaires qui encadrent votre formation. Le règlement intérieur souligne particulièrement que les stagiaires sont les acteurs de leur propre formation par un travail régulier, par une participation active et positive aux enseignements et par une implication dans les modules correspondant à leurs compétences.

La formation des contrôleurs stagiaires revêt un caractère probatoire, matérialisé par un contrôle régulier des connaissances tout au long du cursus de formation.

[énumération des notes du stagiaire]

La bonne connaissance de certaines de ces matières est indispensable à l’exercice des missions confiées à un contrôleur de la DGCCRF (droit pénal, moyens d’investigations, protection économique du consommateur, qualité-sécurité). Elles ont fait l’objet d’un contrôle continu sur table. Je constate que la moyenne de vos notes à ces quatre contrôles ( ..,.. ) est inférieure à 10/20.

A ce stade de votre scolarité et pour ces motifs, je considère que vous n’êtes pas actuellement en capacité d’exercer les fonctions normalement dévolues à un contrôleur de la DGCCRF.

Vous voudrez bien accuser réception de ce courrier par retour de sa copie signée et datée.

Le Directeur de l’ENCCRF,
Christian GAULT
"

Cette lettre électronique est relayée auprès des cadres du département du stage pratique de fin de scolarité, sous le message suivant :

" Je vous prie de trouver, ci-joint, un courrier adressé à M. xxxxxxxxx, contrôleur stagiaire dans votre région.
Ce message attire son attention sur le fait qu’à ce stade de la scolarité, compte tenu des notes obtenues, je considère qu’il n’est pas en capacité d’exercer les fonctions normalement dévolues à un contrôleur de la DGCCRF.

Le directeur de l’ENCCRF
Christian GAULT
"

4 notes seulement pour un remake "d’ascenseur pour l’échafaud ?"

Il convient de rappeler que les stagiaires sont évalués pendant tout le cursus de scolarité, au moyen d’une part de devoirs sur table, de travaux personnels et d’autre part de participation aux enquêtes lors des périodes d’alternance.

Visiblement, cette dernière activité n’entre pas en ligne de compte avant le stage pratique de fin de cursus.

Par ailleurs, 4 notes seulement, même interprétées par Miles Davis , cela fait peu, trop peu pour juger définitivement de la capacité d’un stagiaire à devenir un bon enquêteur, voire à terme un excellent cadre !!

Comment s’amender sans connaître la règle du jeu ?

A la réception de ce verdict abrupt, convenons en, le stagiaire concerné ignore ce qu’on attend de lui pour valider son rattrapage. Il doit se contenter d’accuser réception du message.

Pourquoi ne pas lui donner les pistes de progression que l’institution attend de lui ?

Comment imaginer qu’il puisse sereinement poursuivre son stage, sous l’œil maintenant extrêmement vigilant de toute la hiérarchie du département ?

Quelles sont les conséquences de cet "avertissement" : prolongation du stage pratique ?

Sur quelle résidence ? celle du stage en cours ou celle de l’affectation attendue suite à l’auto affectation ?

Les revendications de la CGT

Devant une telle manière de faire, la CGT ne peut rester silencieuse.

En conséquence, nous exigeons, dans le cadre des "garanties individuelles" des agents :

- que l’ENCCRF adresse à chaque stagiaire concerné, dans sa boîte personnelle, le ou les thèmes sur lesquels il devrait redoubler d’effort

- que l’AC indique clairement les conditions du report de titularisation : date, conditions de mise en œuvre, échéancier et conditions du suivi de cette "période probatoire"

- qu’en conséquence, elle tienne dès que possible une CAP sur ce sujet ;

- que l’AC communique à chacun les modalités concrètes de la validation de son investissement : entretien final, jury d’oral, devoir sur table, etc.

Retour en haut