Logo du site

Article publié le 3 juillet 2013.

Egalité femmes-hommes : La CGT a des propositions pour combler les lacunes du projet de loi

Le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes a été présenté aujourd’hui en conseil des ministres. Pour la CGT, il s’agit d’un projet de loi majeur qui doit enfin permettre d’en finir avec les inégalités que subissent les femmes, qui sont rémunérées 27% de moins que les hommes, constituent 80% des salariés à temps partiel, ou encore touchent une pension de retraite en moyenne 42% inférieure à celle des hommes.

Le projet de loi ne contient pourtant aucune disposition concernant les femmes au travail.

Le gouvernement a fait le choix d’attendre la conclusion des négociations sur la « qualité de vie au travail » pour afficher ses orientations. Pourtant, pour la CGT, le politique doit prendre ses responsabilités, d’autant que le projet d’accord « qualité de vie au travail », du fait du blocage du MEDEF, ne contient aucune disposition permettant d’avancer vers l’égalité professionnelle.

La CGT publie donc ses propositions et demande au gouvernement d’agir sur 5 leviers principaux :

- Renforcer les dispositions pour garantir l’égalité salariale, notamment en rendant obligatoire la renégociation des grilles de classifications qui sont actuellement défavorables aux métiers féminisés

- Adopter des mesures pour limiter les temps partiels

- Instaurer une action de groupe « femmes », permettant aux femmes de s’unir pour agir en justice lorsqu’elles sont victimes de discriminations au travail

- Encadrer les forfaits jours, qui constituent un obstacle majeur à la prise de responsabilité des femmes, étant donné qu’ils ne permettent pas d’articuler vie privée et vie familiale.

- Adopter des mesures pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes subies par les femmes sur leur lieu de travail.

Sur le congé parental, la CGT partage l’orientation affichée par le gouvernement de mieux le partager et de le limiter en durée.

Cependant, le faible attrait des hommes pour le congé parental s’explique par des raisons culturelles mais aussi salariales. Pour que le congé parental soit pris à égalité de temps par les deux parents, il faut donc qu’il soit mieux rémunéré et proportionnel au salaire. De même, pour permettre aux femmes d’articuler parentalité et vie professionnelle, il est nécessaire de développer considérablement l’accueil des jeunes enfants et de rendre obligatoire la scolarité dès 3 ans. A cet égard, la CGT attend des engagements financiers garantissant la mise en place du plan d’ouverture de nouvelles places en crèche annoncé récemment.

Pour éviter que cette loi ne soit une occasion manquée, il est indispensable que le projet soit enrichi, notamment pour renforcer la place des femmes au travail. La CGT souhaite être reçue par la ministre pour lui présenter son analyse et ses propositions.

- Les propositions de la CGT

Retour en haut