Logo du site

Article publié le 2 avril 2019.

Solidaires - CGT : Motion des agents de l’Indre et Loire

Par un mail du 13 février de la directrice générale, les agents CCRF ont appris le lancement d’un "plan stratégique" qui répondrait aux contributions du personnel, émises dans le cadre de la consultation organisée en octobre 2018.

Selon la directrice générale, lors de cette consultation, 977 idées ont été transmises par près d’un agent sur 2.

Alors que ces "idées" seraient à l’origine de l’élaboration du plan stratégique, Mme Beaumeunier reste étonnamment sourde à la demande des représentants syndicaux de transmettre ces contributions.

En lisant entre les lignes des quelques documents abscons qui ont été remis aux OS lors du CTPM du 5 février 2019, nous comprenons que le plan stratégique se résume avant tout par :

- L’ABANDON DE MISSIONS
- LA SUPPRESSION D’IMPLANTATIONS DEPARTEMENTALES
- LA SUPPRESSION D’EFFECTIFS
- LA MUTUALISATION FORCEE
- L’ABANDON DE L’ACCUEIL DES PUBLICS

Nous refusons de servir de caution, d’être les complices de la casse définitive de notre service, issue inévitable d’un plan qui n’a de stratégique que son nom, fait dans la précipitation, par un cabinet d’audit privé payé grassement, impliqué dans plusieurs scandales financiers, peu réputé pour sa fibre sociale ou la défense du service public.

Nous dénonçons l’autisme de la direction générale qui ne semble toujours pas avoir pris la mesure du malaise (ou mal-être) ressenti par les agents.

La seule réponse apportée par la DG à l’inquiétude des agents quant à leur avenir a été la mise en place d’un simulacre de dialogue et de consultation qui se résume à demander à un condamné à mort de choisir la méthode de son exécution.

Par une communication indigne et provocatrice la directrice générale tente de nous faire croire que les mesures funestes qui ne manqueront pas d’être prises vont l’être pour le bien des agents, voire répondent aux attentes qu’ils auraient exprimées.

Soit la DG navigue à vue, soit elle sait que les décisions sont déjà actées et elle veut uniquement nous donner l’illusion qu’elle cherche enfin à nous écouter. Comment peut-elle raisonnablement imaginer que les agents de la CCRF acceptent de lui accorder leur blanc-seing et qu’ils vont donner leur consentement à une dégradation de leurs conditions de travail ?

Ce sera à la DG d’assumer l’entière responsabilité de ses choix et de leurs conséquences.

Les agents de la DDPP 37 affirment à nouveau leur opposition au principe du dispositif "Alim Confiance" qui vient de refaire surface en toute discrétion, dans la mesure où les conditions de sa mise en oeuvre présentent toujours aujourd’hui les mêmes limites que celles déjà dénoncées en 2017.

Au contraire, plusieurs exemples confondants (tel l’innocent smiley attribué à Lactalis) ont confirmé le caractère totalement inepte et illusoire de ce dispositif qui contribue davantage à décrédibiliser les services de contrôle de l’État qu’à raffermir la confiance de nos concitoyens en l’administration.

A trop jouer la transparence, les consommateurs finiront par s’apercevoir que notre administration en est réduite à l’état de squelette !!

En conséquence les agents CCRF de TOURS, syndiqués et non-syndiqués réunis en HMI le 27 février, tout en continuant d’assurer leurs missions de contrôle en matière d’hygiène, refusent de participer à ce jeu de dupe et ne saisiront plus les codes actions "hygiène" qui alimentent le site "alim’enteur" jusqu’à l’abandon total de ce dispositif.

Nous appelons également l’ensemble de nos collègues à dénoncer les tromperies de la Direction générale tant sur le "plan stratégique" que sur le dispositif "Alim’confiance".

Les agents de Tours s’associent pleinement à la mesure administrative engagée par le département de l’Hérault à l’encontre de la directrice générale et comme leurs collègues de Montpellier attendent les observations au courrier de pré-injonction, magistralement argumenté.

BREAKING (OU FAKE) NEWS…….BREAKING (OU FAKE) NEWS….BREAKING (OU FAKE) NEWS :

A l’heure où nous rédigeons ce texte, nous apprenons que le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume, a indiqué aux organisations syndicales de son Ministère, qu’un rapprochement se profilait entre la DGCCRF et la DGAL concernant les contrôles sanitaires et alimentaires.

Silence radio du côté du Ministre de l’Economie.

Alors, nous nous interrogeons sur M. Bruno LE MAIRE :

Mais il est pas là, mais il est où ? (Pas là, pas là)
Mais il est pas là, mais il est où ? (Pas là, pas là)
Mais il est pas là, mais il est où ? (Pas là, pas là)
Mais il est où, pas la (Pas là, pas là)…

16 agents signataires

Retour en haut