Logo du site

Article publié le 5 juillet 2012.

Motion des personnels CCRF de la DDPP du Var

Les agents CCRF du Var, réunis en H.M.I. le 28 juin 2012, tiennent à faire part de leur profonde exaspération devant la situation qui leur est faite, et demandent l’arrêt du sabordage.

Aujourd’hui, “les décideurs” semblent avoir totalement perdu de vue la priorité qui nous paraît devoir être la nôtre : l’exercice des missions de SERVICE PUBLIC dévolues à la DGCCRF.

Ces dernières années, nous avons subi :

- Le démantèlement des services déconcentrés, entraînant la séparation des agents entre DIRECCTE et DD(CS)PP, services au sein desquels ils ne retrouvent, malgré toute la considération qu’ils peuvent leur porter, aucune communauté d’intérêt avec leurs nouveaux collègues issus d’autres ministères,

- La perte de l’activité Concurrence pour voir celle-ci exercée par les DIRECCTE

- La mise sous tutelle préfectorale des nouveaux services déconcentrés, entérinant la rupture du lien avec leur Administration centrale et le Service national d’enquêtes, et organisant la prévalence du Ministère de l’Intérieur pour tous les choix organisationnels dans les DDI, qui conduit à la plus totale inefficacité.

Cette désorganisation, qui s’est faite au mépris des agents et de leur manière de travailler, a pour toile de fond :

- la perpétuelle chute des effectifs malgré l’accroissement permanent des missions allouées par le législateur et par l’exécutif,

- l’éclatement des réseaux et des collectifs de travail, avec une volonté départementale de couper les liens entre les agents CCRF alimentaires et non-alimentaires

- la ponction de nombreux agents de terrain : pour absorber la multiplication des tâches chronophages (que les restructurations étaient censées diviser...), pour assurer des fonctions d’encadrement, ou pour exécuter des tâches administratives (démarche qualité, communication…)

- le reniement des spécificités et habitudes d’organisation (modalités d’enregistrement des horaires de travail ; coupure de l’accès à la messagerie nationale ; proposition de mise en place d’un réseau régional « ressources rares » regroupant des agents susceptibles d’effectuer des contrôles dans les départements ne disposant plus des effectifs nécessaires à la réalisation de nos missions…).

- la fermeture des locaux qui entraîne un véritable abandon de notre rôle de service public et nous coupe des sources d’informations émanant des usagers : porte fermée, accueil après prise de rendez-vous par courriel… ?

- la mutualisation des moyens de communication (téléphone, courrier…) : 1 seul standard : celui de la Préfecture – 1 seule adresse : celle de la Préfecture… Comment continuer à défendre un consommateur pour lequel la réforme n’apporte aucune visibilité et qui ne sait pas que nous dépendons désormais de la préfecture.?

- la fracture brutale avec les bureaux techniques de la DGCCRF (ou ce qu’il en reste !), et le peu d’intérêt manifesté par la Directrice Générale vis-à-vis des problèmes qui touchent nos conditions d’exercice et de fonctionnement.

Dans ce contexte et alors que chacun, au quotidien, ressent de manière de plus en plus oppressante l’obligation “d’abattage”, d’affichage et de propagande, la machine administrative trouve de nouveaux moyens pour entraver notre travail :

- déploiement de SORA2, dont le développement n’était pas abouti, dont l’ergonomie est pour le moins discutable et réalisé sans aucune formation hors didacticiel

- lancement d’un “projet ISO9001”, qui promet de nouvelles heures de palabres et l’invention de nouvelles paperasseries, dont la seule conséquence sera de priver encore plus les services de ressources opérationnelles.

Les usagers sont perdus, les agents excédés et démotivés.

Pour toutes ces raisons, les agents CCRF en poste à la DDPP du Var disent STOP : Arrêtez le sabordage !

Ils réaffirment leur souhait d’une grande Direction Générale, intégrée et disposant des moyens nécessaires,
chargée de la protection économique du consommateur, de la qualité et de la sécurité des produits alimentaires,
des produits non alimentaires et des services, et de la loyauté de la concurrence.

Signée par la totalité des 28 agents CCRF de la DDPP hors encadrement

Retour en haut