Logo du site

Article publié le 6 juin 2014.

Motion des agents des Côtes d’Armor : boycott du séminaire régional

Les agents CCRF des Côtes d’Armor réunis en HMI le 5 juin 2014 ont décidé de boycotter le « séminaire » régional organisé le 12 juin prochain à RENNES sous la présidence de
Mme Nathalie HOMOBONO, à l’occasion de la promulgation de la loi consommation.

Les agents sont convoqués à une journée dont le programme a été communiqué très tardivement. Il prévoit des discussions sur la loi consommation en présence notamment d’avocats et de représentants d’entreprises privées régulièrement contrôlées.

Ce séminaire est une pure opération de communication qui vient en totale contradiction avec les préoccupations des agents dans l’exercice de leurs missions :

- Une journée inutile  : des formations portant sur la loi consommation sont déjà programmées sur la même période ;

- une journée coûteuse  : les crédits affectés à cette journée pourraient être plus utilement employés dans ces temps de restrictions budgétaires, à des formations métiers par exemple.

Les représentants syndicaux souhaitent rencontrer Mme Nathalie HOMOBONO pour lui faire part de leur malaise et des revendications des agents CCRF depuis leur sortie de la REATE en 2009.

La demande de participer à ce séminaire vient en totale contradiction avec la pression quotidienne permanente de la hiérarchie locale sur les indicateurs, la couverture de terrain, le nombre de suites et les délais à respecter, dans un contexte de baisse des effectifs.

Et cerise sur le gâteau  : des professionnels du Morbihan ont été invités à participer à cette journée pour échanger sur les modalités d’application de la loi. Les agents dénoncent l’incongruité de tels échanges avec des professionnels qu’ils contrôlent et leur incompatibilité avec l’exercice de leurs missions.

CE SÉMINAIRE RÉVÈLE, UNE FOIS DE PLUS, L’ABSENCE DE PRISE EN COMPTE DES DIFFICULTÉS DES AGENTS DANS L’EXERCICE DE LEURS MISSIONS.

NOUS RÉITÉRONS NOTRE VOLONTÉ DE SORTIR LA DGCCRF DE L’IMPASSE DANS LAQUELLE ELLE SE TROUVE ET EXIGEONS LE SOUTIEN DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE.

13 agents signataires

Retour en haut