Logo du site

Article publié le 24 février 2016.

Lettre ouverte des sections régionales CCRF FO, CGT, Solidaires et CFDT de la région Aquitaine Limousin Poitou-Carentes à Madame la Directrice de la DIRECCTE

Madame la Directrice,

Vous avez invité les agents DGCCRF de la région fusionnée Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) à participer à un séminaire DIRECCTE que vous organiserez le 1er mars prochain.

Ce séminaire serait constitué d’une matinée avec l’intervention d’un universitaire présentant les enjeux économiques de la région puis, dans l’après midi, d’une table ronde portant notamment sur les perspectives de la communauté de travail CCRF dans la nouvelle région.

Compte tenu de la situation actuelle de notre administration, les sections régionales FO, CGT, Solidaires et CFDT CCRF de la région ALPC considèrent que la tenue de ce séminaire est totalement décalée et beaucoup trop prématurée.

Comme vous ne l’ignorez pas, la DGCCRF a été fortement impactée par les suppressions d’emplois induites par la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) puis par la MAP (Modernisation de l’Action Publique) et démantelée par la RéATE, avec une atomisation dans des structures interministérielles (DDPP, DDCSPP, DIRECCTE), en dehors de toute cohérence organisationnelle et sans lien hiérarchique entre elles, partant du niveau national.

Porteuses, au niveau de leurs instances nationales, de propositions pour la reconstruction d’une DGCCRF cohérente et efficace, présente sur l’ensemble du territoire national au plus près des usagers (niveau départemental), nos sections syndicales régionales tiennent à rappeler leur totale opposition à la logique globale de la RéATE (Réforme de l’Administration Territoriale de l’Etat) et de la Réforme territoriale (Grandes régions).

Les agents DGCCRF luttent depuis plus de 6 ans pour le rétablissement du service public de contrôle économique et de protection des consommateurs.

Alors même que l’impérieuse nécessité de rétablissement de la chaîne de commandement a été reconnue par tous les intervenants, les agents sont baladés de plan d’actions en plan d’actions, sans qu’à aucun moment l’interministérialité appliquée à une administration de contrôle ne soit remise en cause.

Les fusions de régions et les mutualisations multiformes se traduisent par de profonds bouleversements, avec des conséquences dramatiques pour les agents et qui interrogent fortement sur la présence et l’implantation des services publics de plein exercice au plus près des usagers.

Plus que jamais, nous dénonçons et refusons cette interministérialité désormais déclinée, dans le cadre du nouveau plan d’actions DGCCRF, sous le concept de l’interdépartementalité, par des projets d’organisations visant à pallier l’insuffisance durable des moyens, avec toutes leurs conséquences sur le maintien des missions, la pérennité des structures, la situation des agents et leurs conditions de travail.

La réforme territoriale, a été conduite à marche forcée, avec à la clé une parodie de concertation. Au-delà des contenus de cette réforme et des choix politiques qui l’ont portée, la méthode désormais bien rodée du passage en force place les personnels dans des situations marquées par :

- De lourdes incertitudes sur le positionnement à terme des agents impactés, soumis à des mobilités géographiques et/ou fonctionnelles ;

- Des conditions de mutations obscures ;

- La dégradation des conditions de travail, avec la problématique des déplacements sur les grandes régions fusionnées, qui n’a pas été réglée en amont de la réforme.

Dans un tel contexte, nos organisations syndicales considèrent que la participation au séminaire du 1er mars ne pourrait servir qu’à valider la case « dialogue social » d’une réforme que nous dénonçons et que nous contestons, tant sur le fond que sur la forme.

Dans ces conditions, FO, CGT, Solidaires et CFDT CCRF en région ALPC apportent leur soutien aux actions revendicatives en cours et à venir.

Une seule réponse à l’invitation à ce séminaire régional de communication : LE BOYCOTT !!!

Retour en haut