Logo du site

Article publié le 3 juillet 2014.

Les sections syndicales des Boûches-du-Rhône : Stop à votre monologue social !!!!

Vous avez présenté à l’ordre du jour du CTL du 19 juin 2014 deux projets de réorganisation de la DDPP :

- Réorganisation de la mission accueil du public (MAP)

- Fusion des services PI/ATR

Le jour du CTL :

- Concernant la MAP, vous avez soumis oralement un projet qui ne correspondait pas au document transmis, et pour lequel les organisations syndicales avaient recueilli l’avis des agents. Dès lors les organisations syndicales ne pouvaient que voter contre le document présenté.

- En ce qui concerne la fusion PI/ATR, malgré les tentatives de discussion des agents, vous avez déclaré vouloir vous limiter strictement au document transmis lors de la convocation « et pas à autre chose  ». Les organisations syndicales ont donc également voté contre ce projet.

Conformément au règlement intérieur du CTL, vous convoquez à nouveau le 3 JUILLET les organisations syndicales pour réexaminer les deux points ayant fait l’objet d’un vote défavorable et transmettez deux documents :

- Celui relatif à la réorganisation de la mission accueil du public, qui reprend le projet présenté oralement en CTL du 19 juin, sans aucune modification ni prise en compte des remarques émises par le personnel, ni des débats pour lesquels vous sembliez pourtant manifester une certaine écoute
et

- Celui relatif à la fusion des services PI/ATR qui est strictement identique au projet que nous avons rejeté

Nous vous avons proposé d’inscrire à l’ordre du jour l’examen d’un projet de réorganisation, parfaitement en lien avec la fusion des services PI/ATR que vous souhaitez, et qui faisait l’objet de la nouvelle convocation.

Or, par l’intermédiaire de votre secrétaire général, vous nous avez adressé une fin de non-recevoir limitant strictement la séance du 3 JUILLET à l’examen des seuls deux documents que vous avez vous-mêmes communiqués, niant toute force de proposition aux représentants du personnel.

Or, l’organisation des services, ainsi que le dernier CHSCT l’a largement évoqué, est l’un des facteurs essentiels de « risques psycho-sociaux ».

Le traitement inéquitable des agents, les nominations occultes, les décisions arbitraires, les conflits jamais tranchés, les prises de décisions autoritaires au mépris de l’intérêt du service, font le quotidien de notre direction et nuisent au confort psycho-social des agents, et par là-même, à leur efficacité.

La mascarade mise en œuvre lors du dernier CHSCT, en présence des assistantes sociales, ne saurait masquer l’ensemble des problèmes psycho-sociaux existant au sein de cette direction et qui ne font que s’aggraver ; votre exercice autocratique de la fonction de directeur révèle une parfaite dichotomie entre notre quotidien et le rôle que vous avez joué devant les assistantes sociales.

Nous réclamons un véritable dialogue social, où la parole des personnels n’est pas seulement entendue mais prise en considération, et une gestion efficace et transparente de la DDPP.

En conséquence, nous vous informons que nous ne siégerons pas en séance ce jour. Nous refusons de cautionner, par notre présence, l’affichage d’un dialogue social que vous n’avez de cesse d’évoquer, mais qui n’existe pas dans la réalité.

Les organisations syndicales élues en CT : SOLIDAIRES, CGT, FO, UNSA,

le syndicat CFDT

Retour en haut