Logo du site

Article publié le 7 décembre 2018.

Elections : communiqué CGT fonction publique

Graves dysfonctionnements dans les opérations électorales

Chacune et chacun peut le constater, nous vivons une période de troubles politiques suscités par un président de la République jupitérien qui, après avoir écarté les corps intermédiaires de ses décisions politiques, parmi lesquels les organisations syndicales, est aujourd’hui en face à face direct avec l’expression de colères fortes, pour ne pas dire historiques.

Le processus électoral bâclé dans la Fonction publique correspond sans doute à cette vision étriquée et délétère qu’a le Président de la démocratie sociale.

Dès le début, et toujours aujourd’hui, la CGT émet les plus vives réserves sur le recours au vote électronique et au développement du vote par correspondance. Au vu des invraisemblables et lamentables dysfonctionnements constatés depuis l’ouverture du scrutin, le moins que l’on puisse dire, c’est que les faits nous donnent raison. A ces turpitudes indignes, qui ne seront malheureusement pas toutes rattrapables, s’ajoutent de multiples erreurs dans le matériel de vote, dans l’adressage de celui-ci et, forme de cerise sur le gâteau, « l’oubli » pur et simple de certains bulletins de vote dans un nombre significatif d’endroits. Bonjour l’exemplarité des pouvoirs publics !

Pour la CGT, la démocratie a un coût si on veut vraiment la faire vivre. Le Président et le gouvernement semblent ne pas être dans cette démarche. La réduction des moyens pour le vote des 5,5 millions aura probablement et malheureusement une incidence négative sur le taux de participation.

Pour notre part, nous ne nous résolvons pas, en dépit des multiples difficultés, à voir la participation affaiblie à cause des errements du pouvoir.

La CGT appelle les agents de la Fonction publique à utiliser le temps qu’il reste pour voter massivement afin que ce scrutin et les prochains apportent la légitimité représentative qui permette de porter les revendications de professionnels dont les conditions de travail et les salaires ne cessent de se dégrader.

Montreuil le 4 décembre 2018

Retour en haut