Logo du site

Article publié le 11 octobre 2012.

CGT - Solidaires : Motion des agents de la CCRF de l’Eure : Redonner aux consommateurs et à la collectivité nationale la DGCCRF dont ils ont besoin

Les agents CCRF de l’Eure (en DDPP) s’associent aux démarches des collègues normands du Calvados, de la Seine-Maritime. Ils approuvent la déclaration intersyndicale Languedoc – Roussillon au ministre B. Hamon et invitent tous les agents CCRF à les rejoindre pour :

- revendiquer leur appartenance et leur attachement à la DGCCRF,

- demander la reconstruction de la chaîne hiérarchique directe entre la DG et les directions de la CCRF, seule cohérente pour un retour à l’efficacité d’une administration en réseau et pour l’égalité de traitement de tous les agents CCRF sur l’ensemble du territoire et la reconnaissance des compétences.

cela passe par une action résolue et dans l’unité syndicale pour :

- la fin de la RGPP et de la Réate ;

- une sortie de la DGCCRF du dispositif et un retour à une CCRF en mesure de répondre aux nécessités économiques du moment, c’est à dire la construction d’un outil à même d’assurer toutes ses missions au service du public dans tous les départements, dotée des moyens suffisants et en particulier le rééquilibrage des effectifs, l’effectif minimum c’est 14 agents par département.

Ils attirent l’attention de tous sur l’urgence à agir.

Un intense lobbying est en cours de la part des profiteurs de la RGPP et de la Réate (essentiellement cadres supérieurs des DDI et même des Direccte).
Au mépris de la réalité et de l’intérêt du service public, ces « lobby  » tentent d’accréditer la thèse mensongère, pour ne pas dire ridicule, d’une réforme réussie, de peur de se discréditer et de porter tort à leurs intérêts individuels « bien compris  ». Personne n’est totalement dupe de ces mensonges, les politiques précédant ont fait le choix de favoriser le clan des directeurs en échange de leur soutien zélé et intéressé. Il est à craindre que le gouvernement actuel n’ose l’affronter.

Or dans la situation de crise économique que nous vivons, les missions de la CCRF sont plus que jamais indispensables à la population.

Pour obtenir satisfaction, les agents de la CCRF ne doivent pas rester inactifs.
Nous avons déjà gagné une bataille, celle de la visibilité, avec notre grand rassemblement à Paris en avril 2009.

Malgré notre petite taille, grâce à cette manifestation pas un ministre concerné, pas un préfet, n’ignore notre combat.

Le fait que nous défendons le service public est connu et fait notre force. Nous avions déclaré : « notre rassemblement n’est pas d’un baroud d’honneur, continuons la lutte  ».

Le récent rapport sur la RGPP montre que la porte n’est pas encore fermée à notre sortie des DDI et des Direccte. Mais le gouvernement hésite, ce qui va être mis à profit par le clan des directeurs et les préfets pour peser contre nos revendications, contre le changement.

Nous devons faire pencher la balance de notre côté.
Comme nous le proposent nos syndicats dans l’unité, il faut interpeller les nouveaux députés. Mais cela ne suffira pas à montrer notre détermination.

C’est pourquoi nous nous prononçons pour une nouvelle manifestation à Paris.

A Évreux, le 8 octobre 2012

Ont signé 11 agents CCRF sur 11 en poste à Évreux (hors encadrement)

Retour en haut